L’orbitopathie dysthyroïdienne regroupe les signes et symptômes ophtalmologiques qui peuvent résulter d’un dysfonctionnement de la glande thyroïde.

 

La glande thyroïde, situé au niveau du cou, produit des hormones qui aident à réguler le métabolisme du corps humain. Cette glande peut, de façon pathologique, produire trop ou pas assez d’hormones ; on parle alors de dysthyroïdie.

 

Cette pathologie est rare, et ne touche qu’une faible proportion des patients présentant des problèmes thyroïdiens. Il s’agit dans la grande majorité des cas de patients souffrant d’hyperthyroïdie dans le cadre d’une maladie de Basedow.

 

Une fois le diagnostic établi, la prise en charge thérapeutique de la phase aiguë est avant tout médicale. Elle vise à préserver la vision et prévenir ou traiter la diplopie. À côté de la prise en charge du problème thyroïdien, le traitement repose principalement sur la corticothérapie et laradiothérapie.

 


 

Le traitement chirurgical des complications d’une orbitopathie dysthyroïdienne ne se conçoit qu’au stade de séquelles sur une maladie stabilisée depuis au moins 6 à 12 mois. De très rares cas nécessitent un traitement en urgence.

 

A de rares exceptions, ce traitement est réalisé, en fonction des nécessités selon le schéma suivant:

 

décompression orbitaire pour la prise en charge de l’exophtalmie

 

-chirurgie des muscles oculomoteurs pour la prise en charge d’un potentiel strabisme

 

-chirurgie des paupières pour la prise charge d’une rétraction palpébrale supérieure ou inférieure